Connectez-vous

Vous pouvez vous connecter sur votre espace pour bénéficier de toutes les fonctionnalités du CNMT.

Régates de printemps pour Raging Bee

C’est la fin des régates de printemps pour Raging Bee. Les deux principales courses auxquelles nous avons participé sont la PAPREC 600 et la Giraglia.

 

 La PAPREC 600 comme son nom l’indique fait 600 Nq avec un départ de St-Tropez puis le passage des bouches de Bonifacio, des aller-retours dans les iles italiennes, le passage de la Giraglia et enfin l’arrivée à St-Tropez.  Nous faisons cette course en duo (JL Hamon et Patrick Rouvier). Le bateau est au point. C’est l’équipage en l’occurrence moi-même qui n’est pas en forme. On soupçonne un covid que je transmettrai à Patrick dans les jours suivants. Après quelques hésitations on décide prendre le départ avec l’ambition réduite de terminer. Après un départ dans du petit temps le vent rentre de l’ouest et on descend très vite vers les bouches. Nous sommes à la lutte avec un autre JPK en tête de la course. Dans les bouches le vent monte régulièrement et on rentre le grand spi car la prévision donne 30 nds établis et on est déjà à 25 nds. Au moment d’envoyer notre spi de brise je décide de ne pas le faire car je n’ai décidemment pas la forme physique suffisante pour barrer correctement dans 30/35 nds de vent sous spi et Patrick ne peut pas le faire seul sur 100 Nq. Trois bateaux garderont le spi et nous ne pourrons jamais les rattraper. Nous terminons 4 ème de cette course très rapide car nous avons mis 4 jours pour faire 600Nq. Nous sommes malgré tout heureux d’avoir terminé cette très belle course.

Pour courir la Giraglia nous sommes en équipage et la première partie s’annonce musclée avec une descente vers la Giraglia sous spi dans 25/30 nds de vent. Tout se passe bien à bord et nous sommes à la lutte avec un autre JPK en tête de la course sous grand spi et GV haute. A l’approche de la Giraglia notre spi, un peu ancien, explose et nous voyons nos espoirs s’envoler. La remontée vers Gêne se passe sans histoire, on a du vent jusqu’à l’arrivée, on repasse devant un autre JPK en réel mais il nous bat de quelques minutes en temps compensé; résultat 4ème sur la grande course et 3ème au combiné. Au championnat IRC 2024 nous sommes 2ème très proches du premier et les courses d’automne détermineront le vainqueur de l’année !

J-L Hamon

Partager cet article

Autres actualités

MED-SOL-24 – Les derniers bateaux sont rentrés

Ce ne sont pas moins que 19 bateaux qui ont participé à la croisière du solstice 2024, chacun adaptant son trajet au sein du programme prévu, en fonction des contraintes et desiderata de son équipage. Certains avaient prévu de rentrer après quelques jours, d’autres ont été contraints de raccourcir leur périple. C’est bien la caractéristique principale de ces virées du mois de juin, organisées maintenant depuis quelques années : fournir un programme nominal à partir duquel chacun peut adapter sa propre navigation, en fonction de ses envies et de ses

Lire la suite

« IRISH MIST 2 » renoue avec les régates

Prévue depuis de nombreuses années mais régulièrement reportée, l’équipage d’Irish Mist 2 a participé pour la première fois à la Porquerolles Classic du 6 au 9 juin 2024 en arborant les couleurs du Club dans la catégorie Classique Marconi. 21ème édition d’un rassemblement emblématique du circuit des Classiques qui rassemblait 57 bateaux éclectiques, des Big Boat aux 12 mètres JI en passant par les Classiques auriques et marconis. Irish Mist 2, two tonner dessiné par Ron Holland et construit à Cork en Irlande en acajou/époxy, répond aux trois règles incontournables

Lire la suite

Épreuves J80 en Atlantique 2024

  Cette année encore, 3 équipages du CNMT et 3 J80 toulonnais ont affronté les eaux de l’Atlantique sur les deux épreuves classiques de la saison : le Spi Ouest France à La Trinité sur mer et le Grand Prix de l’Ecole Navale à Lanvéoc – Poulmic. Entre le Spi Ouest France (week-end de Pâques) et le Grand Prix de l’Ecole Navale (week-end de l’Ascension), les conditions météorologiques et les coefficients de marée ne se ressemblaient pas vraiment. Le Spi Ouest France a été conforme à la tradition : du vent et

Lire la suite